Recommandé, 2019

Choix De L'Éditeur

Prise de poids au début de l'âge adulte liée à des risques pour la santé plus tard dans la vie
Pourquoi mon urine est-elle chaude?
Manger des fruits et des légumes peut réduire le risque de stress des femmes

AVC: le fait de regarder dans les yeux peut-il aider au diagnostic?

Les scientifiques ont fait une découverte surprenante à propos de l'œil et de son apport sanguin qui pourrait aider à améliorer le diagnostic et le traitement de l'AVC.


Nos yeux pourraient-ils détenir la clé d'un meilleur traitement des accidents vasculaires cérébraux?

Dans un article récemment publié dans la revue NeurologieIls décrivent comment ils ont découvert qu'un agent de contraste administré aux survivantes d'un AVC afin de mettre en évidence des anomalies cérébrales peut également s'infiltrer dans les yeux.

Le Dr Richard Leigh, auteur principal de l’étude et chercheur clinique adjoint à l’Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) - l’un des Instituts nationaux de la santé (NIH) - a déclaré que ses collègues et lui étaient "plutôt stupéfaits" par la découverte, et que "c'est un phénomène très méconnu."

"Cela soulève la question, poursuit-il," de savoir s'il y a quelque chose que nous pouvons observer dans l'œil qui aiderait les cliniciens à évaluer la gravité d'un accident vasculaire cérébral et nous indiquerait comment aider au mieux les patients. "

Un accident vasculaire cérébral survient lorsqu'une partie du cerveau perd son apport sanguin vital, à la suite d'un blocage (accident vasculaire cérébral ischémique) ou d'une rupture (accident vasculaire cérébral hémorragique) dans un vaisseau sanguin. La plupart des accidents vasculaires cérébraux sont ischémiques.

Les accidents cérébrovasculaires étaient la quatrième cause de décès aux États-Unis, mais - grâce aux progrès de la médecine, ils en sont maintenant la cinquième. Des soins médicaux rapides à la suite d'un accident vasculaire cérébral peuvent non seulement sauver des vies, mais également améliorer la qualité de vie des survivants.

Chaque année, plus de 795 000 personnes sont victimes d’un AVC aux États-Unis, où le coût total annuel des soins de santé, des médicaments et des journées de travail perdues associées à la maladie avoisine les 34 milliards de dollars.

Barrière hémato-encéphalique et barrière hémato-oculaire

Lorsque des personnes sont admises à l'hôpital à la suite d'un accident vasculaire cérébral, elles subissent généralement une IRM pour évaluer les dommages subis par le cerveau. Cela implique souvent l'injection d'un produit de contraste appelé gadolinium, substance inoffensive qui se rend au cerveau et illumine les zones anormales de l'examen.

Chez les personnes en bonne santé, la barrière hémato-encéphalique empêche généralement l'agent de contraste de pénétrer dans les tissus cérébraux. Il reste dans le sang et est éliminé par les reins.

La barrière hémato-encéphalique, une fine couche de tissu hautement actif qui tapisse les minuscules vaisseaux sanguins qui alimentent les différentes parties du cerveau, empêche les substances potentiellement nocives de traverser la circulation sanguine.

Mais un accident vasculaire cérébral peut endommager les vaisseaux sanguins minuscules et provoquer des fuites dans la barrière hémato-encéphalique, ce qui permet à du gadolinium de s'infiltrer dans les tissus cérébraux. Cela se traduit par des points lumineux sur les examens IRM.

Entre les yeux et la circulation sanguine, il existe une barrière similaire appelée barrière hémato-oculaire. Des études antérieures ont montré que certaines maladies des yeux peuvent perturber la barrière hémato-oculaire.

Un accident vasculaire cérébral peut perturber la barrière hémato-oculaire

Les chercheurs des NIH ont découvert qu'un accident vasculaire cérébral peut également perturber la barrière hémato-oculaire et permettre au gadolinium de s'infiltrer dans les yeux.

La preuve en était visible dans les yeux brillants sur les examens IRM de certaines des victimes d'AVC ayant pris part à leur étude.

Ils suggèrent que les fuites de gadolinium dans les yeux pourraient être utilisées pour aider à évaluer la gravité des accidents vasculaires cérébraux et à décider du meilleur traitement.

Pour leur étude, les scientifiques ont comparé les examens par IRM hospitaliers de 167 survivants d'un AVC réalisés avant et après leur injection de gadolinium.

Les participants ont tous subi trois scans au total: le premier était avant de recevoir l'agent de contraste, le second deux heures après l'avoir reçu et le troisième 24 heures après.

Comme le gadolinium est transparent, le seul moyen de le détecter était l’IRM. La vision des participants n'en était pas affectée.

Fuite de gadolinium et gravité de l'AVC

Les résultats ont montré que le gadolinium avait coulé dans les yeux de 66% des survivants d'un accident vasculaire cérébral à l'examen de deux heures et de 75% à l'examen de 24 heures.

L’équipe a observé une fuite de gadolinium chez les personnes ayant reçu un traitement anti-caillot appelé activateur tissulaire du plasminogène et chez les autres.

Lors du balayage de 2 heures, le gadolinium était principalement présent dans la chambre aqueuse, située à l'avant de l'œil. Au bout de 24 heures, il était plus communément repéré dans la chambre vitrée à l'arrière de l'œil. Il était moins fréquent que le gadolinium soit présent dans les deux chambres lors du scan de 2 heures.

Les participants qui ont montré la présence de gadolinium dans la chambre vitrée à l'examen de 24 heures avaient tendance à être plus âgés et avaient des antécédents d'hypertension.

Ils étaient également plus susceptibles de présenter des signes de lésions de la substance blanche du cerveau liées au déclin cognitif et au vieillissement. En IRM, ces lésions apparaissent sous la forme de taches brillantes d '«hypersensibilités de substance blanche».

La minorité d'individus qui avaient du gadolinium dans les deux chambres des yeux lors du scanner de 2 heures étaient principalement ceux dont les accidents vasculaires cérébraux avaient touché une plus grande surface du cerveau et avaient altéré davantage la barrière hémato-encéphalique.

Les chercheurs suggèrent que leurs résultats pourraient ouvrir la voie à la mise au point d'un diagnostic de la gravité de l'AVC sans recourir à une IRM. Au lieu de cela, les survivants pourraient recevoir une substance qui s'accumule dans les yeux de la même manière que le gadolinium.

"Il est beaucoup plus facile pour nous de regarder dans l'œil de quelqu'un que de regarder dans le cerveau de quelqu'un. Donc, si l'œil est vraiment une fenêtre sur le cerveau, nous pouvons utiliser l'un pour en apprendre davantage sur l'autre."

Dr. Richard Leigh

Les chercheurs n'ont trouvé aucun lien entre l'étendue des fuites de gadolinium et le degré d'invalidité que les participants ont connu après leur AVC.

Ils ont également conclu que d'autres études devraient examiner si les fuites de gadolinium se produisent ou non chez des individus en bonne santé.

Catégories Populaires

Top